fontsmaller
fontbigger
printer

Post Cook : évaluation des dégâts


Ecrit le 13 avril 2017 par la province Sud
Ce lundi 10 avril, le cyclone tropical Cook a traversé la Grande Terre d’Est en Ouest, de Kouaoua à Moindou, laissant dans son sillage des dégâts considérables. Dès la levée de l’alerte 2, mardi 11 avril, le président de la province Sud, Philippe Michel, a tenu à se rendre sur le terrain pour constater lui-même l’ampleur des dommages.

« Si le pire a été évité en province Sud puisque nous n’avons ni morts ni blessés à déplorer, déclare Philippe Michel, il n’en reste pas moins que les dégâts sont importants, aussi bien sur les habitations que sur les exploitations agricoles et les infrastructures ». Le bilan est pour l’heure provisoire puisque nous sommes toujours en phase d’évaluation, « notamment pour Thio que nous n’avons pas pu joindre lors de notre tournée mardi, l’électricité étant encore coupée dans la région. »

Inondations et toitures arrachées

Sur la Côte Ouest, de Bourail à Moindou, le spectacle est désolant : des champs totalement inondés à Bourail avec une perte totale des récoltes à venir pour les agriculteurs ; des serres de maraîchers détruites à Païta et La Foa ; des toitures de maisons envolées à Moindou… Côte Est, c’est la commune de Thio qui semble plus particulièrement touchée, « et nous aurons une attention particulière pour cette commune, précise le Président. Nous ne disposons pas encore de point complet sur la situation suite aux coupures des moyens de communication et, pour l’heure, la priorité est d’assurer la circulation sur la RP 4 qui mène à Thio. »

Débloquer rapidement des aides

Face à ces dégâts, la province Sud, le gouvernement et l’Apican (Agence pour la prévention et l’indemnisation des calamités agricoles ou naturelles en Nouvelle-Calédonie)  travaillent de concert pour venir rapidement en aides aux sinistrés, qu’ils soient simples particuliers ou exploitants agricoles. « Nous envisageons 3 types d’aides, explique Philippe Michel. Une aide spécifique aux propriétaires d’habitations endommagées par l’OPAL, l’Office pour l’amélioration de l’habitat ; une aide exceptionnelle aux communes pour les aider à déblayer les débris végétaux et remettre leurs infrastructures en état ; et enfin une aide spécifique aux agriculteurs pour compenser leurs pertes. »

Enfin, dernier point de ce bilan provisoire : « Nous travaillons avec l’Etat et le gouvernement sur une amélioration de nos procédures de coordination et d’intervention post cyclone afin d’être plus efficace, notamment dans le rétablissement des réseaux car beaucoup trop de foyers, sont, ou restent encore, privés d’électricité et d’eau ».